“ L’Art est la perception de l’invisible.
Une œuvre d’art est une perception de l’invisible.
N’a droit à ce titre que ce qui est immortel.”
Y.B.

Présentation

Yvonne Bourlat est un grand peintre du vingtième siècle, inclassable, à la fois avant-garde et d’un style plus classique que l’on pourrait qualifier de postimpressionnisme. Elle peignait l’instant, la spontanéité ; elle captait une pensée, un regard. Elle ne faisait que des gouaches, qui ne permettent pas les retouches. C’était un peintre de l’âme.

Entrée dans un atelier de Montmartre à 9 ans, elle émerveille par son talent… Quelques années plus tard, elle peint plusieurs tableaux du Morvan (cf. Montsauche, Morvan…). Puis, c’est Cannes qui l’éblouit et la stimule à peindre : portraits, natures mortes…

Pendant l’Occupation, à Paris (1943), elle peint les rues sans voiture, la colonne Morris, les chalands immobilisés sur le quai, la maison rose au bord de la Seine. Ce qui fait la valeur de cette œuvre de jeunesse, c’est sa grande fraîcheur et sa spontanéité ; ce sont des œuvres qui semblent briller d’une lumière intérieure ; une chaleur en émane.
Ses portraits nous émeuvent parce que ce sont plus que des portraits. Ce n’est pas tant la ressemblance physique qu’elle cherche, qu’à capter la pensée, la personnalité profonde, l’âme du modèle.

Puis, elle s’est éloignée de l’Art pour se consacrer à la Psychologie et à l’enseignement. Dans son œuvre de maturité, ce sont les sentiments qui transparaissent, la souffrance, l’amour, mais aussi la recherche d’une réalité profonde. Son art se fait plus abstrait. (La rupture, Tête de bois…)
Elle s’est éteinte en janvier 2016. Son autobiographie « Le monde de l’incompréhension » attend de voir le jour.

Biographie

Yvonne Bourlat est née à Melun (Seine et Marne) en 1921. De 1930 à 1935, elle peint à l’atelier de Melle Burdy à Montmartre. En 1935, elle expose au SALON DES MEDECINS où son œuvre est sélectionnée.
De 1942 à 1944, elle fréquente la Grande Chaumière et reçoit le PRIX CASTELUCHO. Puis elle expose aux grands Salons parisiens : LA NATIONALE (mai 1943), LES MOINS DE TRENTE ANS (nov. 1944), L’ECOLE FRANÇAISE (déc. 1944)…
En 1955, elle figure parmi les Finalistes au GRAND PRIX DE DEAUVILLE.

Présentée à Pablo Picasso, elle se définit comme « peintre du dimanche », car la vie l’a éloignée de l’Art. Elle s’y remet pourtant dans les années 70.
Elle compte parmi les plus grands peintres du 20ème siècle, bien que son œuvre reste pour l’instant méconnue.

Autres sites : Yvonne Bourlat artiste-peintre et Galerie Bourlat

Association

Cette association a pour objet de faire connaître l’œuvre d’Yvonne Bourlat en faisant des expositions, des sites, en écrivant des articles… et aussi de la préserver dans le temps.

Si vous souhaitez rejoindre l’association, merci de bien vouloir télécharger, imprimer et remplir le formulaire d’inscription en cliquant ici

Contact